Contrées lointaines

Contrées lointaines, des livres, de la culture et du rêve…

RARE 1958 ! « PICASSO 150 CÉRAMIQUES ORIGINALES » MADOURA RAMIÉ ART

mars 25th, 2015

-
Avant-propos de Suzanne et Georges Ramié / Préface par Hélène Parmelin
Maison de la Pensée Française, 1958

Rare catalogue d’exposition : Picasso, cent cinquante céramiques originales du 8 mars au 30 juin 1958
- Avant-propos de Suzanne et Georges Ramié
- La Terre et le feu de Picasso, préface par Hélène Parmelin.
- La couverture est une lithographie originale en couleurs de Picasso tirée par Mourlot – Imprimerie l’Union

Dans les années 1950, Picasso (en 1951, il a 70 ans) a embrassé l’art de la céramique avec autant de génie et de vitalité que la sculpture et la peinture.

Très tôt initié à la céramique par son ami catalan Paco Durrio, céramiste de métier, qui l’avait hébergé dès 1901 à son arrivée à Paris, Picasso exécute en 1906 dans son atelier du Bateau-Lavoir ses deux premières céramiques.

Puis, il ne se passa plus rien pendant une quarantaine d’années jusqu’à sa visite à Vallauris, en juillet 1946, à la fabrique Madoura.

En cet après-midi, sous la conduite du couple de potiers Georges et Suzanne Ramié, Picasso s’amuse à modeler deux taureaux et une petite tête de faune qu’il abandonne une fois terminés. Les époux Ramié prirent soin de les garder, et l’année suivante, lorsqu’il revint pour visiter l’exposition estivale de Vallauris, Picasso vit ses trois statuettes.

Ce fut le début de « l’aventure céramique ». Installé à Vallauris avec Françoise Gillot dans la villa « La Galloise » à partir d’octobre 1947, Picasso va partager son temps entre la fabrique réservée à la céramique et l’atelier du Fournas, consacré à la peinture et à la sculpture.

Au fil des ans, il exécutera plus de huit cents pièces originales. Dès 1948, il laisse libre cours à son talent de modeleur et sa production est déjà impressionnante. Picasso considéra la céramique comme une possibilité unique et exceptionnelle d’exploration nouvelle dans le domaine de l’art.

Il bouleverse ses techniques et invente la “sculpture-céramique” qui fit la stupéfaction de ses contemporains. Il modifie les formes qui sortent du four : cruches, vases, pichets, deviennent des chouettes, des canards, des hiboux, un visage ou un corps de femme…

Ces œuvres originales sont l’aboutissement du mariage entre le métier de tourneur et celui de peintre. Picasso a su donner à la céramique une nouvelle existence, il l’a fait en quelque sorte renaître car les objets simples, ceux de la vie quotidienne, changent de nature. Ils deviennent des objets d’art.

À travers le métier de céramiste, Picasso a fait vivre la matière inerte, a conjuré son âge en abordant de nouvelles techniques de création artistique et a montré, encore une fois, son génie d’artiste complet.

illustrations (20 reproductions hors-texte en N/B et une en couleurs).
110 pages, 24 x 16 cm
livre broché sous couverture illustrée à rabats, couverture souple
catalogue des œuvres exposées
occasion : petits manques sur les 3 premières pages (voir photos), livre frais

ceram-picasso_002.jpg

ceram-picasso_003.jpg

ceram-picasso_004.jpg

ceram-picasso_005.jpg

ceram-picasso_006.jpg

ceram-picasso_007.jpg

ceram-picasso_008.jpg

ceram-picasso_009.jpg

ceram-picasso_010.jpg

ceram-picasso_011.jpg

ceram-picasso_012.jpg

ceram-picasso_013.jpg

ceram-picasso_014.jpg

Cliquez sur le lien ebay pour nous y retrouver en tant que taille_doucier !

 

Contrées lointaines

Contrées lointaines, des livres, de la culture et du rêve…