Contrées lointaines

Contrées lointaines, des livres, de la culture et du rêve…

« LE CULTE DU SERPENT CHEZ LES NGBANDI » CULTE DES JUMEAUX

février 11th, 2015

P. Basile Tanghe
Les presses Gruuthuuse, 1926

Rare étude ethnographique consacrée au culte du serpent et des jumeaux rédigée par le Père Basile Tanghe missionnaire.
Les Ngbandi, population du centre de l’Afrique, occupent un territoire situé dans le nord de la République Démocratique du Congo ainsi qu’une étroite bande au sud de la République Centrafricaine.

Chez les Ngbandi le mot « ngbo » désigne les jumeaux mais signifie également « serpent », ce qui laisse imaginer la tonalité des sentiments qu’on a pour eux : respect mêlé d’une intense crainte. Les jumeaux font l’objet de croyances et d’attitudes particulières et des rituels de la naissance à la mort leur sont consacrés.

Les parents sont en effet tenus d’organiser des danses et des repas en l’honneur de leurs enfants qu’ils croient doués de pouvoirs extraordinaires et dont, par la suite, ils subissent, impuissants, les caprices extravagants.

Lors de la naissance de jumeaux, les femmes du village se vêtent «à l’antique» et les nouveau-nés sont installés dehors, tout nus et couchés chacun sur un lit, la tête de l’aîné vers l’est ou vers l’amont du fleuve, celle du cadet vers l’ouest ou vers l’aval.
La doyenne des mères de jumeaux purifie ou immunise les gens du village qui viennent défiler devant elle. Le rite consiste en un simulacre de lavage rapide avec une décoction de feuilles de vo et une pâte de kaolin appliquée avec des feuilles bouillies, puis une série de taches jumelles jdjwa de terre blanche faites sur le corps des bébés.

Le premier soir suivant la naissance des bébés et alors que le village est soumis aux interdits sonores et alimentaires, une danse est organisée dès la tombée de la nuit.Tout le monde doit y participer pour en quelque sorte se présenter aux nouveaux jumeaux en chantant.
A partir de la naissance, les parents qui vivent dans l’enclos et tous ceux qui y pénètrent ne doivent plus manger de sésame, d’éléphant, de boa, de poisson-chat, ni surtout de feuilles de manioc. L’interdit est supprimé dès que l’un des jumeaux en relève sa mère par un rêve envoyé à un vieux ou une vieille du village.

Les parents doivent aussi s’abstenir de toute activité sexuelle conjugale jusqu’à ce que leurs enfants puissent se débrouiller seuls, c’est-à-dire environ deux ans, mais ils peuvent abréger ce délai en suspendant des clés /nza à la ceinture de leurs enfants…

illustrations en N/B
86 pages, 22 x 15 cm
livre broché, couverture souple
occasion

culte-serpent_002.jpg

culte-serpent_003.jpg

culte-serpent_004.jpg

culte-serpent_005.jpg

culte-serpent_006.jpg

culte-serpent_007.jpg

culte-serpent_008.jpg

Cliquez sur le lien ebay pour nous y retrouver en tant que taille_doucier !

 

Contrées lointaines

Contrées lointaines, des livres, de la culture et du rêve…